18 novembre 2013

Tout le monde peut prêter son argent directement aux entreprises françaises

Face à la restriction du crédit aux PME et à la faiblesse des rendements des produits d’épargne, Unilend propose une nouvelle forme de finance : sur son site, tout le monde peut prêter son argent directement aux entreprises françaises et recevoir des intérêts.

A la clé pour les PME ? Une solution complémentaire des banques, plus souple et plus rapide.
Et pour les épargnants ? L’assurance de savoir à quoi sert leur argent et la perspective de rendements attractifs.

Le site www.unilend.fr accueille ses premières entreprises dans des domaines très variés :

  • 727 Sailbags, le fabricant d’accessoires en voiles de bateau recyclées basé à Lorient (Morbihan), a choisi Unilend pour emprunter les 100 000 euros nécessaires à l’ouverture de sa boutique parisienne au 19 rue du Jour (1 er). Pour Erwann Goullin, son co-gérant, « Unilend est un mode de financement parfaitement adapté aux besoins d’une entreprise de croissance comme nous. »
  • De leur côté, Les 3 Laboureurs, une entreprise d’Outarville (Loiret) qui produit et commercialise 55 000 tonnes de pommes de terre par an, cherche 20 000 euros pour acheter une nouvelle ensacheuse : « nous avons choisi Unilend pour gagner en notoriété et parce que ça ne prend que quelques minutes de présenter un projet » précise son directeur général Pierre Coisnon.
  • Autre exemple, autre motivation : le loueur de voitures parisien Digital Lease cherche 250 000 euros pour acquérir de nouveaux véhicules et poursuivre son développement. Son président James Auber y voit une précieuse source de diversification de ses financements : « j’apprécie beaucoup ce côté participatif : que des particuliers souhaitent aider au développement de projets entrepreneuriaux, c'est encourageant pour nous. »

Dans les prochaines semaines, de nombreux nouveaux projets seront mis en ligne.

Côté prêteurs, chacun définit le montant et le taux d’intérêt auxquels il souhaite prêter aux projets de son choix. « Les Français s’intéressent de plus en plus à leurs entreprises et ils veulent savoir à quoi sert leur argent », constate Nicolas Lesur, fondateur d’Unilend. « Unilend leur permet de fixer leur propre taux d’intérêt car il s’agit de leur argent. Seuls les taux les plus favorables sont retenus par l’entreprise, bien entendu. »

Pour gérer les flux financiers, Unilend s’appuie sur la SFPMEI, l’opérateur du service de paiement Moneo. Garantie supplémentaire pour les prêteurs, l’établissement est agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution sous tutelle de la Banque de France.

D’ici à cinq ans, l’ambition d’Unilend est d’organiser pour 1 milliard d’euros de financements.